Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par la treille d'or

Choses bues...Cour-Cheverny Les Sables 2010 du Domaine Philippe Tessier

Rien de nouveau : à La Treille d'Or, on a toujours aimé les vins de Philippe Tessier. Que ce soit du temps de mon prédecesseur Nicolas Sirieix, ou de mon temps.

Des vins sincères, parfaitement réalisés, avec fraîcheur, équilibre et justesse.

Ce Cour-Cheverny que je n'avais pas dégusté depuis environ 1 an, a eu droit à un coup de tire-bouchon cette semaine ! Il a parfaitement accompagné un excellent plat de pâtes à la maison : Linguines à la saucisse de Toulouse et aux Saint-Jacques (cf recette en fin d'article).

100% issu du cépage Romorantin. C'est une évidence, mais il faut le rappeler : l'appellation Cour-Cheverny est construite autour de ce cépage blanc. Donc que du vin blanc, qu'il soit sec, sec-tendre, ou tendre.

Ce cépage blanc, un peu tardif, donne des vins qui ont une belle acidité et une palette aromatique admirable, alliant minéralité et notes de fruits secs, de miel, de coing et de fleurs blanches.

En gros, les Ligériens peuvent faire des grands vins blancs avec du Chenin, mais aussi avec du Romorantin, sans soucis.

Ce Cour-Cheverny Les Sables : vignes de 20 à 40 ans sur des sols silico-argileux, fermentation malo-lactique faite, élevage en cuves tronconiques et demi-muids durant une dizaine de mois, puis quelques mois en cuve ciment.

Bien sûr, chez Philippe Tessier, le vignoble est conduit en agriculture biologique, et les vinifications sont naturelles (ni levurage, ni enzymage, légers sulfitages, peu ou pas de filtration).

Résultat : un vin riche, sec, avec une bouche tendue, raffraîchissante. Un vin qui fait saliver... Les arômes restent autour du coing, du miel, du floral.

Pour info : il me reste moins d'une caisse de ces 2010, après, on passe sur les 2011.

Egalement disponible du même domaine : Cheverny blanc 2012 (Sauvignon avec une touche de Chardonnay et une pichenette d'Orbois), Cheverny rouge 2012 (Gamay, avec Pinot Noir et Côt).

Linguines à la saucisse de Toulouse et aux Saint-Jacques :

. Dans une sauteuse : faites revenir dans une noix de beurre et un peu d'huile d'olive, quelques noix de Saint-Jacques avec une échalotte émincée, et les saucisses de Toulouse coupées en tranches de 1 ou 2 cm d'épaisseur.

. Pendant ce temps, mettez de l'eau à bouillir dans une grosse gamelle, avec du gros sel. A ébullition : jetez-y vos linguines, et remuez.

. Revenez à votre sauteuse : surveillez la réduction du suc des Saint-Jacques, et mettez 3 ou 4 gousses d'ail écrasées. Remuez, salez, poivrez, puis ajouter de la crême fraîche.

. Egouttez les pâtes, et dressez vos assiettes avec : 1) les pâtes, 2) un filet d'huile d'olive, 3) le mélange saucisse/saint-jacques/crême, 4) une feuille de persil frais sera la bienvenue.

. Servez sans attendre avec selon les goûts un peu de parmesan râpé et un peu de poivre du moulin.

(!) Finissez la bouteille de Cour-Cheverny (très important).

Commenter cet article