Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par la treille d'or

Hommage à Daniel Faure

C'est avec beaucoup d'émotions que j'apprends aujourd'hui le décès (survenu mi-septembre) d'un ancien vigneron que j'appréciais : Daniel Faure.

J'ai connu Daniel en août 2001, quand j'étais œnologue-conseil dans le Languedoc. Daniel, après une carrière de photographe, souhaitait s'installer dans les Cévennes, pays de sa famille, pays de son cœur, pour y faire du vin.

Vignoble avec un magnifique potentiel repris sur le village de Monoblet (Cévennes gardoises), il a construit sa cave dans son Mas, sur la commune de Vabres, à quelques kilomètres.

Il baptisa son domaine Puechcamp (le champ sur la montagne en occitan)

Avec l’œnologue qui m'employait alors, j'ai pu l'accompagner sur son premier millésime. Le guider dans ses premiers pas de vigneron.

J'ai toujours aimé le style de ses vins : mûrs comme des vins du Languedoc, mais avec la fraîcheur d'un vignoble septentrional.

Le choix des cépages était 100 % méridional : de magnifiques vieilles vignes de Cinsault, de très belles Syrah, et des Grenache splendides.

Sans oublier les cépages blancs plantés ensuite, qui commençaient à produire (Viognier, Grenache Blanc, Vermentino, Roussanne)

Ses vins ? Toujours appréciés.

Notamment La Vigne de Gaspard, ainsi que Gasparissime sur les millésimes exceptionnels, laissaient une belle place à ce magnifique cépage qu'est le Cinsault.

Fontanalbe, où le Grenache dominait.

Antarès, où la Syrah, associée avec un peu de Grenache, avec un élevage élégant, donnait une cuvée splendide.

Et son Graal, la cuvée Galaad, une Syrah exceptionnelle (avec un soupçon de Grenache), vinifiée sur certains millésimes uniquement, avec 30 mois d'élevage en fûts puis 2 ans d'élevage en bouteille, me laisse de très beaux souvenirs de dégustation.

Cependant, cela n'a pas été facile pour Daniel, beaucoup de travail, et surtout, la difficulté de la commercialisation quand on est pas sur des appellations prestigieuses... ses vins n'étaient "que" des Vins de Pays des Cévennes ou des Vins de Pays du Duché d'Uzès...

J'ai eu plaisir en tout cas à vendre ses vins sur Paris, autant aux professionnels en tant qu'agent commercial, autant en tant que caviste (sur ma précédente cave, pas à La Treille d'Or, reprise après la vente de Puechcamp)

Souhaitant tourner la page, sachant qu'il n'y aurait pas de repreneur dans la famille, il avait vendu son domaine en 2011, pour devenir alors restaurateur de tableaux.

J'ai appris en août dernier, quand de passage dans le coin, il avait eu un sérieux pépin de santé, brutalement, sévèrement.

Daniel, je penserais à toi quand je regarderais une de tes livres avec tes magnifiques photos sur les Cévennes, quand je boirais une des 2 dernières bouteilles de tes vins (Galaad 2006, Antarès 2007) que j'ai encore.

Repose en paix, dans tes Cévennes.

Olivier

Commenter cet article